bandeau-decoration Aller au contenu     Aller au menu     Contact     Administration du site     Texte seul
Amicale Laïque de Châteaubriant

Accueil > Au Long des Chemins > Sortie Gétigné - Clisson

Sortie Gétigné - Clisson

lundi 23 avril 2018

Ce fut une belle journée aux dires de tous les participants. Nous étions 60 au départ. Heureux présage : le trajet s’est déroulé sans aucun bouchon ce qui nous a permis de démarrer suffisamment tôt. Le car nous a déposés au plus près et nous sommes partis sur les bords de la Sèvre Nantaise allégés de nos pique-niques. Un parcours ombragé au plus près de la rivière. Le chant des oiseaux, le frémissement du cours d’eau a remplacé le bouillonnement d’activité qui occupait ses rives depuis bien longtemps.

Imaginez plutôt :
Au 15e siècle les moines s’installent implantant des moulins au long du cours d’eau, comme partout en France. On y édifie des chaussées, des retenues, des biefs et de la campagne environnante arrivent les chargements de grains. Car cette belle contrée est sur la Marche, entre Bretagne, Vendée et Anjou. Situation propice au commerce et à la contrebande de sel et de produits manufacturés comme le drap. Les moulins à céréale se reconvertissent en moulins à foulons. La Révolution Française perturbe l’ordre établi : il faut choisir entre Loire-Inférieure et Vendée. La révolte gronde et la petite industrie locale périclite. Mais la Révolution Industrielle est en marche et les premières machines à vapeur font leur apparition suppléant aux caprices de la Sèvre et son affluent la Moine. L’école, l’administration sont gourmandes de papier. La pâte à papier remplace les draps et les moulins tournent jour et nuit employant une foule d’ouvriers venus de toute la Bretagne. Le premier consul devenu l’empereur Napoléon Bonaparte a besoin de chevaux pour l’armée et surtout de tous les harnachements qui les équipent. Les moulins se reconvertissent en tanneries toujours plus nombreuses et plus malodorantes. Avec la fin de l’Empire et la Restauration une nouvelle ère de prospérité s’installe. On abandonne la vapeur trop contraignante qui épuise les forets environnantes car depuis peu une nouvelle énergie est disponible : l‘électricité. Pas encore de réseau national mais des turbines locales et seulement pour les usines : Dans les campagnes on s’éclaire encore à la lampe à pétrole et pour longtemps. La bourgeoisie nantaise a fait d’importants bénéfices grâce à ces activités (papeteries, filatures) bâtissant de somptueuses demeures tout autour de Clisson.

« Les peintres de paysages, les amateurs de la belle nature … nous sauront sans doute quelque gré, de leur indiquer en France une contrée remarquable sous ce double rapport, et dont on ne connaît point encore les beautés pittoresques, si le hasard n’avait conduit quelques artistes à Clisson, sur les bords enchanteurs de la Sèvre. »

Ces quelques lignes écrites par François-Frédéric Lemot soulignent parfaitement le caractère italien si particulier du paysage. Les allures italiennes de Clisson et du parc de la Garenne-Lemot en sont le plus étonnant témoignage.
Les dernières usines ferment dans le courant du 20e siècle mais la beauté du paysage ressurgit et les Nantais y reviennent en masse.
On pourrait encore dire beaucoup. Je vous invite à y retourner pour le découvrir par vous-même.

Portfolio